Thorigné-Fouillard

partagers'abonner aux flux RSSimprimer la pageenvoyer à un amiréduire la taille des caractèresAugmenter la taille des caractères

Actualités

PCAET

5 orientations, 19 chantiers, 109 projets.

Le Conseil municipal a donné un avis favorable à ce texte approuvé par Rennes Métropole lors de sa séance du 5 avril 2018.
Démarche de territoire, évolutive, ouverte à l'engagement des acteurs locaux, le PCAET (Plan climat air énergie territorial) poursuit deux grandes ambitions : engager la transition vers un territoire "post-carbone" et assurer un cadre de vie sain aux habitants.

Le diagnostic des émissions de gaz à effet de serre (GES) révèle que 34 % des émissions sont dues à la mobilité des personnes et des marchandises, 23 % au secteur résidentiel, 15 % sont produites par le secteur tertiaire et par l'agriculture et 13 % par l'industrie. Rennes Métropole a donc décidé d'agir en suivant cinq orientations, chacune avec des objectifs précis et impliquant tous les acteurs.

  • 1. Rendre possible des modes de vie bas-carbone pour tous en réduisant de 10 % le trafic routier (via l'incitation au covoiturage et à la pratique du vélo) et de 50 % les émissions de GES pour le secteur résidentiel (via la rénovation énergétique du parc résidentiel, l'innovation dans le bâti neuf, l'utilisation de matériaux bio-sourcés ou la construction de bâtiments passifs...).
  • 2. Mettre la transition énergétique au coeur du développement économique et d'innovation en réduisant les émissions de GES de 57 % pour le tertiaire (via la diffusion d'équipements énergétiquement performants, l'évolution des énergies de chauffage et la rénovation thermique), 30 % pour l'industrie-déchets et 15 % pour le secteur agricole grâce à une démarche partenariale avec la Chambre d'agriculture et la mise en relation d'acteurs publics.
  • 3. Multiplier par 3 l'usage des énergies renouvelables ou de récupération pour atteindre 1200 GWh, via la mise en oeuvre d'un schéma directeur des réseaux de chaleur, la fin du chauffage au fioul, le développement du chauffage au bois (5 % des logements) et de la production de biogaz.
  • 4. Être un territoire résilient qui veille à la qualité de vie en améliorant la qualité de l'air au quotidien et en réduisant l'impact des pics de pollution et des épisodes de fortes chaleurs, via par exemple le passage progressif des véhicules à l'électrique (bus STAR) et au gaz (bennes ordures ménagères), la mise en place du Pass'Air à 1,5 € sur le réseau STAR lors des alertes pollution, de nouvelles règles d'urbanisme pour davantage de végétation et une gestion de l'eau plus naturelle ainsi que la prévention du risque de sécheresse par une optimisation de la gestion des ressources et des économies d'eau.
  • 5. Savoir et agir ensemble pour faire participer tous les acteurs socio-économiques et changer les pratiques de chacun, en créant une Conférence locale de la transition énergétique et en communiquant sur le climat, la transition énergétique et les initiatives locales existantes.

Retourner à la liste

Haut page